La derle – Li dièle : mémoires de mineurs

« Li dièle : mémoires de mineurs » est un projet du Musée de la céramique d’Andenne en partenariat avec la Province de Namur, l’IHOES, le Centre Audiovisuel de Liège et l’ULg et destiné à partager le savoir d’un métier disparu à Andenne : l’extraction minière de la terre plastique.

La vidéo, disponible sur la plateforme www.mémoire-orale.be et également sur YouTube, a été présentée dans l’exposition « La derle – Li dièle. L’habile argile du Condroz. Vingt siècles de céramiques en terres d’Andenne », du 28 avril au 26 novembre 2017. Elle a également fait l’objet d’une retranscription par Jacques Vandenbroucke dans : Cédric Piechowski (coord.), « La derle – Li dièle (…) », Dossiers de l’IPW, n° 22, 2017 (commande et informations sur cette page).

Carte sonore de la Mémoire orale en Fédération Wallonie-Bruxelles :: http://www.memoire-orale.be/map/

Publicités

Resilience and Identity at the heart of a museum’s action / Migration & Mental Health Congress

Familles du Monde a.s.b.l. & The Athena Network with the support of the City of Brussels have the pleasure to organize the VII International Congress on Migration & Mental Health, in Brussels, Saturday 20th October 2018

In 2018, Familles du Monde proposes to address the theme ‘Youth & Family’s Wellbeing Matters in the Context of Migration & Mental Health’ on top of the tradional Congress programme. To achieve this, we will have, this year, round tables dedicated to youth where we will address the same issues as in the Congress, but with activities adapted to youth.

Familles du Monde organises training sessions to prepare young people who want to participate in the Congress as well as seminaries for all persons interested in this Congress.

Program & Abstracts : https://famillesdumonde.eu/congres-sante-mentale-et-migration/programme/

Abstract of : Resilience and Identity at the heart of a museum’s action, by Cedric Piechowski

Laurence Sueur / Segments

Expo de Laurence Sueur / Segments, 6 juillet > 16 septembre 2018 @ Musée de la céramique d’Andenne 

Biographie

Laurence Sueur est née à Malo-les-Bains, en France. Elle arrive en Belgique pour suivre des études d’agronomie à Gembloux. Si elle s’était déjà adonnée au dessin et à la peinture durant son enfance, elle découvre la céramique en 2006 à l’Académie des Beaux-Arts de Namur. Entre 2012 et 2016, ses œuvres céramiques intègrent de nombreuses expositions : les Parcours d’artistes de Namur (2012, 2014 et 2016), de Longchamps (2013) et de Ramilies (2014, 2016). Elle remporte en 2016 le prix de la céramique à l’Académie des Beaux-Arts de Namur.

Démarche artistique

Issue d’une famille de neuf enfants et exerçant la profession d’éducatrice, Laurence Sueur est attachée aux thèmes de l’identité et de l’individu. Elle a notamment été touchée par le peu d’intérêt porté aux exilés déracinés ou aux personnes très âgées, alors que leur corps-même porte la trace de leurs histoires. Pour valoriser cette singularité, elle travaille tout particulièrement sur les formes, qu’il s’agisse des silhouettes des corps ou des textures des surfaces. Les créations de Laurence Sueur se déclinent donc de manière anthropomorphique. La terre cuite fige alors leurs signes distinctifs : rides et empreintes digitales.

Sa formation en agronomie et sa fascination pour les insectes nourrissent sa sensibilité, ainsi que son approche tant microscopique que macroscopique. Elle s’inspire ainsi des constructions issues de l’ingénierie animale, comme les alvéoles de nids d’abeilles ou les fourreaux de phryganes. Ces modèles naturels, qui se justifient tous par une fonction, importent aussi par leurs formes et la manière par laquelle ils existent.  Et c’est cela qui donne à l’objet son identité particulière que l’artiste nous donne à voir dans toute sa singularité.

C’est le cas des œuvres de cette exposition, dont les lignes de l’amphore ouvrent l’imaginaire sur un monde organique en mue permanente, tels des segments d’histoire qui se racontent. Laurence Sueur propose donc un niveau supplémentaire d’abstraction, motivé par une volonté de l’artiste de s’imposer un défi technique au cours de sa dernière année d’académie. Pari réussi.

Informations pratiques
Finissage le Jeu 13 septembre à 18 heures

Myriam A. Goulet / Enchevêtrements

Expo de Myriam A. Goulet / Enchevêtrements, 11 mai > 16 septembre 2018 @ Musée de la céramique d’Andenne 

Que peut-on apprendre par l’observation des artefacts qui témoignent du passage de l’être humain ? De quelle manière les objets que nous produisons et avec lesquels nous sommes en contact quotidiennement forment-ils à leur tour notre expérience dans le réel ? De quoi est constituée leur existence, qui se poursuit au-delà de la fonction pour laquelle ils furent créés en premier lieu ? De quelle manière interagissent-ils par-delà leur relation à l’humain, au sein d’un écosystème plus vaste ?

Ce type d’interrogations sur la nature des objets reviennent tel des motifs à travers les projets de Myriam A. Goulet et impliquent souvent de faire coexister des éléments a priori contradictoires, tant au niveau conceptuel que technique. La céramique, médium associé à la fois aux arts appliqués, à l’art contemporain et aux productions industrielles, se trouve toute désignée pour incarner ces tensions.

Démarche artistique

La série ‘’Enchevêtrements’’ présentée ici part d’une réflexion sur l’impact des productions humaines sur les écosystèmes et tente d’imaginer un futur par-delà la multiplication des scénarios catastrophes annonçant la destruction massive des habitats naturels et l’extinction des espèces.

Toutes les œuvres de cette série sont constituées de pièces coulées qui ont nécessité la création de plusieurs moules pour chaque sculpture réalisée à partir d’objets manufacturé ou d’éléments naturels. Les éléments ainsi produits sont ensuite déformés, découpés et réassemblés pour réaliser les pièces. Ce travail s’accompagne d’une recherche d’émaux afin d’obtenir des couleurs vives et modulées, rappelant les mécanismes de défenses de certains animaux.

Les pièces de cette série tentent donc d’esquisser les contours des nouveaux organismes qui s’adapteront à la pression des activités anthropiques sur les écosystèmes.

Biographie

Myriam A. Goulet, née au Canada en 1988, a étudié les arts visuels à l’Université Concordia de Montréal avant de s’établir à Bruxelles en 2010 où elle a complété une maîtrise en peinture à l’École de Recherche Graphique (ERG) en 2013. A partir de 2012, elle commence son apprentissage de la céramique dans les académies d’Uccle et d’Ixelles et est membre du World Craft Council – Belgique Francophone depuis 2016.

Informations pratiques
Ouverture étendue : les 20 & 21 mai 2018 (dimanche et lundi de Pentecôte) de 10h à 18h, ainsi que les dimanches 3 et 10 juin 2018, de 14h à 18h.
Vernissage le Sa 20 mai (dimanche de Pentecôte) à 16h.
Présence de l’artiste le Di 10 juin 2018 à partir de 15h.
Vers le site web de l’artiste…
Ceramic Art Andenne

Christine Mawet / Back to the tools

Expo de Christine Mawet / Back to the tools, 11 mai > 16 septembre 2018 @ Musée de la céramique d’Andenne

En réponse à l’invitation de Cédric Piechowski pour le Musée de la Céramique d’Andenne, et grâce au matériel iconographique fourni par Bibliotheca Andana, Christine Mawet propose ici une déclinaison du projet « Back to the Tools » en revisitant l’identité visuelle des sociétés andennaises d’autrefois.

Back to the tools

Initié en 2012, ce projet est une exploration toujours renouvelée du déclin industriel. Après avoir créé des empreintes d’outils de jardin semblant sortir d’une obscure découverte archéologique ou transformé leurs silhouettes dessinées en motifs quasi floraux s’affichant sur des vases, des papier-peints, des tabliers, je me suis attardée sur les visages des fabricants d’outils de la société Mawet Frères, visages familiers ou anonymes.

Inspiré du jeu de go « Let’s Go Back to the tools » est avant tout une métaphore du temps qui passe.

Biographie

Artiste pluridisciplinaire, Christine Mawet est diplômée de la Cambre en design textile et de l’IHECS en communications sociales. Depuis 2008, elle anime des ateliers en maille et sérigraphie autour de la création de motifs. Elle est régulièrement sollicitée pour des réalisations dans l’espace public, en Belgique et à l’étranger. S’exprimant à travers différents médiums tels que le dessin, la photographie, le design textile ou encore la céramique, Christine Mawet cherche à déjouer le temps qui passe. Son travail explore les notions de disparition et de traces, de mémoire et d’oubli. C’est ainsi, qu’en 2010, dans le cadre du Festival des 5 saisons à Chaudfontaine, l’artiste s’est inspirée des feuilles en éventail du gingko biloba, un arbre millénaire extrêmement résistant, et une clinique de chirurgie esthétique toute proche, pour réaliser des broderies, comme des points de suture, sur des feuilles mortes pour créer d’étonnantes «fleurs», symboles de vanité. Depuis 2012, elle travaille sur le projet Back to the tools, dont les motifs provenant d’un catalogue d’outils de jardinage ayant appartenu à la société de son grand-père, sont déclinés sous diverses formes (photographie, céramique, papier peint, textile,…) et détournés de leur fonction originelle nous renvoyant ainsi à sa thématique de prédilection : la vanité des êtres et des choses.  [Dorothée Duvivier, BPS22]

Christine Mawet

Informations pratiques
Ouverture étendue : les 20 & 21 mai 2018 (dimanche et lundi de Pentecôte) de 10h à 18h, ainsi que les dimanches 3 et 10 juin 2018, de 14h à 18h.
Vernissage le Sa 20 mai (dimanche de Pentecôte) à 16h.
Présence de l’artiste le Di 10 juin 2018 à partir de 15h.
Vers le site web de l’artiste…
Ceramic Art Andenne

Paolo Polloniato / Ceramic Art Andenne

Expo de Paolo Polloniato / 10 ans de création, 12 mai > 10 juin 2018 @ Musée de la céramique d’Andenne

Né en 1979 à Nove, une petite ville située près de Venise, célèbre pour sa production de céramique, Paolo Polloniato a fréquenté l’Université des Beaux-Arts de Venise où il a obtenu son diplôme en 2007.

Dire que l’art céramique est ancré dans l’ADN de Paolo Polloniato n’est certainement pas exagéré car depuis six générations, sa famille a été liée à l’art de la peinture et de la création de la céramique artistique italienne. Son travail personnel est cependant bien distinct de la céramique traditionnelle. Il utilise des moules classiques qui ont été utilisés dans sa famille depuis des centaines d’années pour créer des formes hybrides. L’histoire de Paolo Polloniato embrasse diverses approches pour commenter la vie moderne avec des allusions classiques et contemporaines.

Avec son mélange unique de culture underground et populaire et une profonde appréciation du classicisme céramique, de l’histoire et des techniques, son travail crée un collage contemporain de tradition et de modernité dans la société urbaine. Ceux qui regardent profondément ses œuvres ne peuvent qu’être inondés par un tsunami de discordance qui se heurte à l’harmonieux, le traditionnel devenant une surprise totale.

Informations pratiques
Ouverture étendue : les 20 & 21 mai 2018 (dimanche et lundi de Pentecôte) de 10h à 18h, ainsi que les dimanches 3 et 10 juin 2018, de 14h à 18h.
Dévernissage le 10 juin 2018, à partir de 14h
Ceramic Art Andenne

Les Contemporains sortent de leurs réserves !

Expo Les Contemporains sortent de leurs réserves !, > 1er avril 2018 @ Musée de la céramique d’Andenne

Au Musée de la céramique d’Andenne, il y a aussi des collections contemporaines mais trop peu de place pour vous les montrer toute l’année. Alors l’équipe a décidé de vous les présenter pour bien commencer l’année !

Les artistes

Françoise Albinovanus, Dominique Deruisseau, Mady Balthazar, Marie Beaudry, Marie-Christine Bourgy, Nathalie Côte, Bernat Cuni, Monique Detry, Virginie Vertonghen, Nathalie Doyen, Francine Jernander, Coryse Kiriluk, Antonio Lampecco, Pascal Léonard, Laurence Piette, Sonia Pignolet, André Sprumont, Anne-Marie Trignon, Georges Weemaels, Corneille, André Fardeau, Iris Jasinsky, Adrien N’dema